Les Creepypasta Pokémon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Cuaroc (Zanar)
Modérateur dévoué par excellence
Modérateur dévoué par excellence

Messages : 937
Ptit Étoile : 4219
Inscription : 31/03/2013
Age : 25

Sujet: Les Creepypasta Pokémon   posté 06/10/13, 01:09 am

Dans ce sujet, je vais vous parler un peu des Creepypasta sur l'univers de Pokémon, voire même en poster quelques unes à hauteur d'une par semaine environ

Savez-vous ce qu'est une Creepypasta? Il s'agit légende urbaine, qui peut être racontée sous différentes formes ; elles peuvent être sous forme d'image, de texte, ou même de jeux vidéos pour les plus développées, et leur but unique : vous faire peur, vous mettre mal à l'aise, voire même de vous dégoûter...

Si vous tenez à préserver votre vision du monde Pokémon, n'allez pas plus loin. Les Creepypasta piétinent toute votre enfance sans rien en laisser.


Vous êtes encore là? N'espérez pas de compassion de ma part, je vous aurait prévenu


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cuaroc (Zanar)
Modérateur dévoué par excellence
Modérateur dévoué par excellence

Messages : 937
Ptit Étoile : 4219
Inscription : 31/03/2013
Age : 25

Sujet: Re: Les Creepypasta Pokémon   posté 06/10/13, 01:11 am

Première Creepypasta : Pokémon hack version


"J'ai toujours été un fan des jeux Pokémon. Je me souviens avoir commencé par collectionner les cartes quand j'étais jeune, avant de regarder les épisodes et enfin de jouer aux jeux. Et même si je me suis débarrassé de mes cartes il y a longtemps et que je n'ai pas regardé la série depuis des années, dès que sort un nouveau jeu j’ai toujours hâte de l'essayer et de passer des jours à jouer dessus. Et régulièrement je rejoue à mes anciens jeux pour me plonger en pleine nostalgie. Vous pouvez me trouver immature, mais ces vieux jeux continuent de m'attirer, peu importe le temps que j'y ai déjà passé.

Le problème est que je ne pouvais plus sauvegarder dans Pokémon Bleu. Que ce soit à cause de la pile interne épuisée ou que la cartouche soit morte à cause d’une semaine de jeu non-stop, toujours est-il que le jeu ne se lançait plus. Ma version rouge fonctionnait toujours, mais pour une raison ou une autre j'ai toujours préféré la bleue. Peut-être est-ce à cause du choix des couleurs, ou parce que j'ai eu la version bleue en premier, mais j'ai toujours mieux aimé cette dernière. Je n'ai jamais eu la jaune, alors pas question d’y jouer. Le problème est que vous ne pouvez plus rentrer dans un Gamestop et acheter ces versions. Et je ne voulais pas acheter sur eBay et me retrouver avec une autre cartouche morte. Et puis, qui voudrait payer pour un jeu acheté il y a 10 ans (hormis les remake) ?

Je n'étais pas vraiment un fan des roms, mais j'en avais déjà téléchargé quelques unes avant, en particulier pour la Nintendo 64, car j'avais une Playstation et je n'ai jamais eu la chance de tester beaucoup de jeux sur N64, à part en de rares occasions quand j'allais chez mon cousin. Ça faisait longtemps, alors j’ai demandé à quelques amis s’ils connaissaient des bons sites où je pourrais télécharger un émulateur et des jeux. Sans attendre, l’un d’eux m’envoya un site avec un émulateur Gameboy et des tas de roms, toutes de jeux Pokémon. J’ai installé l’émulateur et j’ai lancé la version Bleue.

Vous pensez peut-être qu’à partir de là j’ai eu des Pokémon fantômes dans ma partie, ou que j’étais dans une tour avec tout un tas de choses bizarres, le genre de chose qu’on lit dans quasiment toutes les creepypastas, mais ce n’était pas le cas. La rom marchait parfaitement bien, et je n’ai eu aucun problème.

C’est plutôt lorsque j'ai voulu tester d’autres roms que les problèmes ont commencés. Je n’avais aucune raison de télécharger d’autre jeux normaux puisque toutes mes autres cartouches fonctionnaient bien. Mais certaines versions hackées du site attisèrent ma curiosité. Les mauvaises traductions et autres erreurs du genre me firent sourire, mais la plupart ne fonctionnaient pas du tout. Il n’y en avait donc pas tant que ça. Mon ami m’en envoya une après une discussion sur les différentes versions modifiées présentes sur le site, en me disant que ça avait été posté là-bas il y a quelques mois mais supprimé après environ deux semaines. Je me demandais si c’était encore un jeu modifié de façon malsaine pour simuler une cartouche hantée, du genre Lost Silver, s’il s’agissait de la légende de Lavanville ou tout autres modifications tirées de creepypasta, ou si c’était simplement une version très violente ou explicite.

Je chargeais le jeu et l’intro apparut. Rien ne sortait de l’ordinaire. Je demandais à mon ami quelles régions étaient dans le jeu, et il me répondit que c’était un hack des versions or et argent, mais que tous les pokémon des deux premières générations étaient présents, ce qui était génial car il n’y avait jamais eu de jeu qui ne demande pas d’échanges ou de hacks pour avoir tous les pokémon. Avant de se déconnecter, mon ami me dit de ne pas trop me plonger dedans, car le jeu tournait au n’importe quoi au bout d’un moment. J’étais très enthousiaste. J’avais une version géniale qui avait toutes les régions et tous les pokémon, ajouté à ça un côté glauque.

Lorsque le jeu s’alluma, il y eut le sprite de Red et le pokémon tournant comme sur l’écran titre du jeu original. Le logo était affiché comme d’habitude, mais il n’y avait pas le nom de la version en dessous. J’ai trouvé ça un peu étrange, mais je me suis dit que peut-être l’auteur n’avait pas pensé à un nom convenable et ne voulait pas utilisé un faux titre comme "Chaos Black".

Je commençais une nouvelle partie, et Chen dit son baratin habituel à propos des Pokémon. Je me retrouvais à Bourg Palette et tout semblait normal au premier abord. J’appelais mon Carapuce, mon pokémon favori pour débuter, qui botta le cul de mon Rival comme d’habitude. Je reçus le paquet de Chen, lui donnais et peu de temps après j’avais déjà mes pokéballs et capturé un Roucool et un Rattata.

Les choses sont devenues... désagréables quand je suis allé à la Forêt de Jade.

Je jouais tranquillement, essayant d’augmenter le niveau de mon Rattata, quand je fus empoisonné par un Aspicot. Jurant silencieusement, car j’avais oublié d’acheter des antidotes, je gagnais le combat de justesse. Je commençais à rebrousser chemin vers le centre Pokémon lorsque Rattata tomba KO. Je décidais alors de continuer à faire gagner de l’expérience à Roucool, mais quand je voulus vérifier son expérience restante jusqu’au prochain niveau, je remarquais quelque chose d’étrange.

La vie de Rattata était presque vide, bien qu'il était KO.

Troublé, je continuais à combattre des pokémon sauvages jusqu’à ce que j’en attrape un. Le message qui s’afficha me fit réaliser que ce jeu n'était pas un hack normal.

"Rattata est mort..."

Je trouvais d’abord ça drôle. Je sais que je suis salaud de dire ça. Mais je rigolais. Je sus alors ce que le créateur avait en tête. Il voulait faire un hack plus réaliste, où les pokémon meurent s’ils restent faibles trop longtemps. Je réalisais bientôt que le poison était beaucoup plus présent dans cette version, mais c’était le dernier de vos soucis. La glace pouvait aussi tuer vos pokémon, mais ça prenait plus de temps. Le feu endommageait leurs stats de façon permanente. Le sommeil restait plutôt inoffensif. Mais la paralysie était le pire. Je haïssais la paralysie. Si vous étiez paralysés, vous aviez jusqu’à ce que la seconde barre se vide pour vous en occuper. Sinon, c’était permanent. Votre pokémon était paralysé à vie. Au bout d’un moment, je commençais à réfléchir à ce qu’il se passait vraiment. Pour les pokémon il n’était plus question de jouer. Ils s’empoisonnaient et se tuaient les uns les autres. Ca rendit le jeu beaucoup plus difficile et il devenait urgent de faire quelque chose si votre pokémon défaillissait. La réanimation n’était pas possible et vous deviez aller à un centre pour les soigner et s’occuper de leurs états. Dans le fond, c’est triste à dire mais ça m’a paru logique. Après tout, la Team Rocket était des criminels, pourquoi ne tuaient-il pas les personnages après les avoir battus ? Major Bob avait fait a guerre, donc il avait forcément utilisé des pokémon pour tuer. J’ai d’abord aimé l’orientation que prenait ce hack.

Vous aussi vous pouviez mourir de différentes façons. La Team Rocket pouvait vous tuer si vous perdiez face à eux. Et si vous étiez à court de pokémon en pleine nature, vous deviez retourner à un centre au plus vite. Seulement certains pokémon vous attaqueraient, comme Rattatac ou Arbok. Certains se contenteraient de vous blesser, mais les autres pourraient vous tuer instantanément. Dans les zones de hauts niveaux, vous aviez besoin d’être préparés, autrement vous mourriez. Vos pokémon pouvait aussi être tués par des attaque normales de la part des espèces les plus dangereuses, mais seulement dans des zones comme la Grotte Argentée ou la Route Victoire.

Quand vous mourriez, vous voyiez une courte cinématique regroupant les personnages de Bourg Palette et les champions d’arène que vous aviez battus, ainsi qu’un sprite ressemblant à un ministre, tous sur votre tombe derrière votre maison, suivi d’un fondu à la nuit. Une boîte de dialogue apparaissait alors disant "Ci-git Red... Dresseur Pokémon..." et votre âge.

Ai-je précisé que vous pouviez vieillir dans le jeu ? L’horloge du jeu n’était pas comme celle des versions Or ou Argent. A peu près toutes les 10 minutes dans la vraie vie, un jour passait dans le jeu, et les jours s’écoulaient même si vous ne jouiez pas. Je trouvais que c’était une très bonne idée, et j'aimais le fait que le personnage passe plus de temps dans le jeu. Il n’y avait pas de cycle jour/nuit, malheureusement. Peut-être parce que les jours auraient été trop courts. En tous cas, grâce à ça, tout était plus facile à capturer.

Je restait partagé sur le jeu pendant un moment. J’aimais son côté sombre, mais les scènes funèbres me dérangeaient, autant que les morts du joueur. A chaque fois que le personnage mourrait, vous voyiez un sprite représentant son corps, avec une boîte de dialogue disant "Vous sentez des ténèbres sans fin tout autour de vous". Je trouvais le texte de mauvais goût, mais l‘image du corps ensanglanté de mon personnage était traumatisante. Et les scènes funèbres étaient un peu trop morbides à mon goût.

Je fis de mon mieux pour rester en vie, et les choses restèrent normales jusqu’à la Tour Pokémon. Si vous connaissez bien les creepypasta sur Pokémon, vous connaissez l’histoire de Red tuant le Rattatac de Blue par accident lors de la bataille sur Océane. Dans ma version hackée, quand cette bataille a prit fin, Blue n'a rien dit, il s'est juste précipité en courant, ce que j’ai trouvé étrange.

Quand je le rencontrais dans la tour, il ne dit rien, et ne me défia pas. En descendant des escaliers, il dit juste cette simple phrase.

"Tu as tué mon Rattatac."

Il marqua une pause.

"Tu as tué mon ami."

Puis il finit de descendre les escaliers. J’étais un peu perturbé par ce changement soudain de ton, mais je continuais ma progression. J’avais le scope sylphe donc il n’y avait pas à s’inquiéter des spectres, à part les pokémon habituels. Tout se passa normalement jusqu’à ce qui aurait dû être la bataille avec Ossatueur.

A la place c’était le Rattatac de Blue. Et quelque chose n’allait pas. Il était putride, son corps était pourri, il lui manquait un oeil, on pouvait voir ses os, ce n’était pas une vue très plaisante. Je fis le combat aussi vite que je pus, mais c'était pour arriver à la pire chose possible.

Pour sa dernière attaque, l’action fut "???" et elle tua immédiatement mon Carabaffe. Je jurais de toutes mes forces, furieux et affolé. Il n’y avait pas eu d’avertissement, pas d’explication, rien. Je me dit seulement que le Rattatac voulait que je ressente la même douleur que j’avais causée à Blue.

Après le combat, Mr Fuji me fit un discours différent que dans le jeu original. Cette fois il me parla de mon pokémon et du destin cruel dont il avait souffert, à cause de l’esprit vengeur du fantôme. Une fenêtre apparut montrant mon combattant adoré étripé et pourri. J'étais triste. Mr Fuji me laissa sur une dernière phrase.

"Pourquoi fais-tu combattre les pokémon ? Ne vois-tu pas ce que ça leur fait ?"

Ça me fit réfléchir. Toutes les heures que j’avais passées sur ces jeux, tout ce temps perdu, et tous ces combats que j’ai livrés durant lesquels j’ai fait souffrir les pokémon que j’ai rencontré. Mais je me repris et me rappelais que c’était juste des lignes de 1 et de 0 mises ensemble par un esprit dérangé pour jouer avec mes émotions. Je persévérais, désemparé mais pas battu.

Le temps que j'atteigne le Conseil des 4, mon personnage était devenu un adulte. Il commençait à devenir plus lent, mais heureusement je pouvais voler grâce à mes pokémon. Je battais le Conseil des 4 après avoir stocké un maximum de soins pour garder mes pokémon sains et saufs, avant de combattre finalement Blue que je battais facilement. Encore une fois, aucun mot ne fut prononcé. Chen me félicita et réprimanda Blue. Tout ce que ce dernier trouva à dire fut "...". Je craignais que Blue ne commence à se lamenter, mais il s'en alla sans dire un seul mot.

Je me rendais à Johto et reçus un téléphone et un pokéquipement, c'était parfait. La région de Johto était comme Kanto, avec des pokémon sauvages de bas niveaux mais des dresseurs de hauts niveaux. Ça limitait les risques de mort et ce fut plus facile de se déplacer. Tout resta normal, jusqu'à ce que mon personnage atteigne 30 ans, juste après que j'ai battu Claire.

Je reçus un appel de ma mère. "Red, tu dois revenir à Bourg Palette. Le Professeur Chen est mort la nuit dernière". Mes bras en tombèrent. Ce fut un choc absolu pour moi. Mais après avoir volé jusqu'à Bourg Palette, près du labo, je vis une pierre tombale. En l'examinant, je m'aperçus qu'elle appartenait à Chen. J'étais détruit. Mais alors que je m'entraînais pour le combat final, mon perso avait environ 45 ans, je reçus un autre appel, mais de Blue.

Ma mère fut la victime cette fois-ci.

Je ne savais pas si j’étais perturbé ou terrorisé par ce qu’il se passait. En un niveau, ce hack était devenu incroyable, montrant la dévotion et les sacrifices que vous devez faire pour devenir un maître pokémon, en négligeant les gens autour de vous. Tout ça me fit penser à Red. Il a voué sa vie entière à devenir un maître pokémon, non ? Il n’est jamais tombé amoureux. Il n’a jamais eu de famille. Il n’a jamais eu que les pokémon pour le réconforter, pourtant il les a torturés chaque jours pour son plaisir. C’était un putain de jeu, et je me suis aperçu à quel point cette série était de la merde si vous arrêtiez pour vraiment y penser.

Tout ce que je voulais était en finir. J’ai grimpé jusqu’en haut de la Grotte Argenté, prêt à mettre fin à ce hack une fois pour toute. Je n’avais aucune idée de qui était l’adversaire final, puisque ça ne pouvait pas être Red, mais j’avais une intuition. Et j’eus raison.

C’était Blue. Et lorsqu’il me vit, il devint furieux

"Tu l’as enfin fait. Nous pouvons enfin en finir de tout ça. Tu m’as tout pris. Mon Rattatac, mon Titre et l’amour de mon grand-père. Voici ma chance de régler ça, une fois pour toute. Ça finit ici." Après ces paroles, le combat débuta.

Je n’étais pas prêt pour ce qui arriva. L’équipe de Blue était la même que celle qu’il utilise dans la dernière arène de Or et Argent, mais en plus fort. Mais finalement, je le battais à plates coutures. Et lorsque le combat prit fin, je vis trois points de suspensions apparaître tandis que l'écran s'assombrissait.

Après la bataille finale, je me réveillais encore à Bourg Palette. Je quittais ma maison et vis une troisième tombe près du labo. Mon cœur se serra. Je savais de qui il s'agissait. Sans aucun doute c'était Blue. La pierre tombale indiquait qu'il s'était suicidé.

Je vieillissais plus vite. En un jour j'atteignis 80 ans, ce qui fut étrange car mon personnage avait vieillit à un rythme constant jusqu'à maintenant. Le sprite de mon perso ressemblait au vieil homme de Jadielle. Et je pourrais dire que le créateur aimais le scénario de Creepy Black car la partie qui suit semblait en dehors de l'histoire. De temps à autre mon personnage se figeait et un boîte de dialogue s'affichait disant "Vous sentez un vent froid autour de vous" accompagné d'une faible cri. Je n'avais plus aucun pokémon ni aucun objet. Je ne pouvais pas aller dans les hautes herbes, j'étais éternellement bloqué à Bourg Palette, en attendant que quelque chose se passe. Après environ une demi-heure, mon personnage tomba et l'écran s'assombrit.

"Vous sentez des ténèbres sans fin tout autour de vous".

Je réalisais que mon personnage était mort.

Le jeu fit encore un fondu, affichant le sprite blanc de mon perso sur un fond noir. La musique de Lavanville commença à jouer, mais mais plus lentement et à un ton plus bas. Une boîte de dialogue apparut.

"Tu penses que tu es un maître Pokémon ? Tu ne sais rien. Toutes les vies que tu as détruites... tout le temps que tu as passé... toutes les amitiés que tu as brisées... tout ça pour rien ! Peu importe comment tu essaieras, tu ne seras jamais en paix. Il y aura toujours plus de pokémon à attraper, plus de dresseurs à combattre, plus de vie à tuer. Tu as échoué. Et ton temps est venu."

Le sprite de mon perso resta là, jusqu'à ce qu'il commence à y avoir des bruits. Ça me prit un moment pour m'apercevoir ce que c'était. Je réalisais que c'était les cris de chaque pokémon qui étaient morts durant ma partie, que ce soit à cause de moi ou des autres dresseurs, et bientôt je ne tardais pas à voir les images de chacun apparaître, tous plus terrifiants les uns que les autres. Le tout dernier fut Blue, suspendu à un arbre, et c'était effrayant car on entendait un faible grondement qui ressemblait presque à un rire. J'étais choqué à un haut point et je voulais juste que cette séquence de cauchemars s'arrête.

Ensuite les cris se mélangèrent et commencèrent à être plus rapide, à un ton plus élevé et plus déformés. Les bruits étaient insupportables et je baissais en urgence le volume lorsqu'un hurlement terrifiant me transperça à travers mes écouteurs au moment où l'écran devint noir. Un battement de coeur se fit entendre faiblement en arrière-plan alors que ce qui ressemblait à deux yeux brillants s'ouvraient au loin. Puis une main blanche vola vers moi pendant que cet horrible hurlement refit surface, me faisant tomber de ma chaise.

L'écran vira encore au noir, et l'émulateur bugga. Je fixais l'écran pendant un moment, réfléchissant à ce qui venait de se passer. Je relançais l'émulateur et essayais de charger ma dernière sauvegarde.

Elle avait disparue. Dès que j'avais fini le jeu la rom avait supprimé ma sauvegarde.

J'ai toujours pensé que les hacks comme Creepy Black était juste des histoires de mauvais goûts destinés à amuser les forumeurs de 4chan, mais après cette expérience, je n'ai plus jamais regardé Pokémon de la même façon. Ça avait du sens, vraiment. Vous passiez tout ce temps dans les jeux, blessant tout sur votre passage et causant toute cette souffrance, juste pour qu'une nouvelle génération apparaisse quelques années plus tard, rendant vains vos efforts. Ceci me dégouta de rejouer à Pokémon pour un moment. Je souhaitais avoir écouté mon ami."


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kyôkaze
Habitué

Messages : 694
Ptit Étoile : 4329
Inscription : 02/10/2012
Age : 25
Localisation : dans la Batcave

Sujet: Re: Les Creepypasta Pokémon   posté 06/10/13, 02:51 am

Oooh, je suis choqué, t'as pas commencé par le syndrome de Lavanville ni par le Buried Man !

En tout cas, bonne idée de topic, c'est le bon moment pour les sortir o/
(J-6 !)



Code Ami Pokemon Y: 0662-3555-9175
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cuaroc (Zanar)
Modérateur dévoué par excellence
Modérateur dévoué par excellence

Messages : 937
Ptit Étoile : 4219
Inscription : 31/03/2013
Age : 25

Sujet: Re: Les Creepypasta Pokémon   posté 06/10/13, 11:46 am

Je ne pense pas que je les mettrais, ils sont assez faciles à trouver par soi-même et sont moins choquants que ceux que j'ai pu lire à une époque. Si je dis une semaine entre chaque Creepypasta, c'est pour me laisser le temps de les trouver en fait Hap

A la limite, n'attendez pas que je mette des Creepypasta par moi-même. Vous avez aussi le droit d'en mettre quand vous voulez x)


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cuaroc (Zanar)
Modérateur dévoué par excellence
Modérateur dévoué par excellence

Messages : 937
Ptit Étoile : 4219
Inscription : 31/03/2013
Age : 25

Sujet: Re: Les Creepypasta Pokémon   posté 21/10/13, 01:50 pm

Deuxième Creepypasta : Version Rouge étranglée

Rouge Étranglé (Strangled Red)
Il existe des tonnes d'histoires dans ce monde à propos de versions de pokémon hackées. Certaines sont très bien faites, comme cette version où on commençait le jeu avec un fantôme comme starter.

D'autres sont ridicules, avec des histoires idiotes, comme le joueur qui meurt après avoir fini le jeu, ou alors le jeu qui lui parle. Bordel, ces écrivains ne savent pas que dans ces histoires, moins il y en a, mieux c'est ? Enfin, je m'égare.

Mon intérêt a grandi pour ces jeux hackés qui, apparemment, sont vendus dans n'importe quel magasin, sur Ebay, ou donnés par des sans-abris, à des passants au hasard.

Je n'ai pas eu le plaisir de rencontrer ces personnes bizarres, j'ai simplement trouvé cette cartouche, quand le camion des éboueurs a reculé de la poubelle des voisins.

J'ai remarqué cette cartouche, et j'ai demandé à l'éboueur si je pouvais la prendre, ça ne semblait pas le gêner. Elle avait été jetée de toute façon. J'ai, bien sûr, demandé à mes voisins s’ils ne voulaient pas la reprendre, ils étaient perplexes, comme si c'était la première fois de leur vie qu'ils la voyaient.
Leur fils la voulait, un petit garçon qui avait vu le Dracaufeu sur le dessus, pleurant « Pokémon ! Je la veux maman ! », Mais sa mère lui disait non. Il n’avait même pas de Game Boy, il aimait juste Pokémon.
Ne pensant à rien d’autre, je suis simplement rentré chez moi, regardant l’autocollant sur la cartouche. Juste un sticker ordinaire de la vieille version Rouge, un peu déchiré près du cou du Dracaufeu, mais rien à attendre d’un vieux jeu. Gamin, j’avais la version Bleue, donc j’étais un peu pressé de voir les différences minimes entre les deux versions.  Je fus un peu déçu en voyant l’écran titre.
« Pokémon : Version Rouge Etranglé. » Bon ok, c’était un hack. Les hacks avaient beau être bien faits et tout, ils n’avaient aucune valeur, les originaux avaient bien plus de valeur maintenant et je voulais jouer à Pokémon Rouge, pas à cette merde. Bon, c’était gratuit, pourquoi ne pas essayer.
Le nom était étrange cependant, Rouge Etranglé ? Ca n’avait aucun sens, pas même dans une description morbide de quelqu’un en train de s’étrangler, car on devient bleu sous l’asphyxie, pas rouge. Après tout, peut-être que c’était un hack allant par deux et que j’avais eu la Rouge.
Plus j’y pensais, plus je devenais intéressé. Ma déception initiale se transforma en curiosité, et je voulais savoir ce que le créateur avait fait, et j’allais noter tout ce que j’allais voir.  La première étrangeté que j’ai noté fut quand l’écran titre montra un Dracaufeu à côté du joueur, et non un Salamèche. De plus, il ne changeait pas comme dans les versions originales, Dracaufeu restait même après cinq minutes d’attente.

Haussant les épaules, j’ai tapé Start, notant qu’il n’y eut aucun cri de Dracaufeu comme c’était supposé se passer. J’ai vu l’option « Continuer », ce qui signifiait qu’un autre joueur avait commencé une partie avant moi. J’ai sélectionné cette option pour voir ce que ce soi-disant joueur avait fait. « Non… » J’ai plissé les yeux. Non ? Comment ça non ? Le jeu ne me laissait pas continuer, peu importe ce que je faisais. J’ai entendu le cri de Dracaufeu, très faible et à peine audible.

Ignorant ceci, j’ai choisi « Nouveau Jeu », de toute façon je ne pouvais faire que ça.
L’écran tourna au noir pour un moment, pas de Professeur Chen, pas de thème, rien du tout. Finalement, l’écran changea et montra une chambre, deux lits, deux Télés, et un ordinateur dans le coin. Mon sprite de dresseur était le même que dans les versions originales. J’étais curieux de savoir pourquoi on ne m’avait pas demandé mon nom, ce qui fut résolu quand j’ouvris le menu Start, constatant que mon Dresseur était nommé « Steven ».  Non, ce n’était pas mon vrai nom ou quelque merde comme ça, ce jeu n’était pas auto-suffisant ou hanté, c’était juste un nom par défaut.

Curieux, j’ai vu que j’avais le montant d’argent de départ, pas de badges. Il ne ressemblait pas trop à Red non plus, ses cheveux étaient plus longs, atteignant presque le bas de son dos, le sourire de Red remplacé par un petit sourire narquois. Honnêtement, je trouvais ce sprite plus cool que celui de Red. Ensuite, j’ai regardé ses Pokémons : il avait seulement un Salamèche au niveau cinq nommé Miki. Rien d’étrange à propos de lui… ou plutôt d’elle, son nom semblait féminin. J’ai regardé ses stats, elle avait seulement Griffe et Rugissement, les attaques basiques. Le jeu semblait normal.
J’ai marché dans la chambre, notant que les cheveux de Steven étaient présents sur le dos du sprite. Je ne reconnaissais pas la maison, mais je suis descendu pour en savoir plus. En bas, il y avait un autre dresseur, qui m’a parlé à l’instant où je suis descendu.

Mike : Prêt ?
Steven : Ouais.

Je supposai que Mike était mon rival, pré-décidé pour moi en remplacement de Blue. Je suis retourné dans ma chambre, en revoyant les deux lits je me suis dit qu’ils étaient sûrement frères. Ils ont reparlé de leurs projets de tous les attraper, de devenir maître et tout ça, avant d’avoir une petite discussion sur qui était le meilleur entre Salamèche et Carapuce, ce qui évidemment fit place à un combat. Ce fut simple, Griffe, Charge, Griffe, Charge encore et encore, avant que je gagne grâce au fait que j’avais commencé.
J’ai noté combien le sprite de Steven semblait cool en combat, il avait une pose différente de Red, ses cheveux dans le vent, ce n’était presque rien mais c’était quand même mieux.
J’ai quitté la maison après quelques discussions avec mon « Frère ». Je me suis rendu compte qu’elle était située à la périphérie ouest. J’étais donc curieux de voir la maison de Red. Sa mère était à l’intérieur, et quand je lui ai parlé, elle a commenté le style de mon personnage, disant qu’il était bel homme. Puis elle a parlé du fait qu’elle serait fière à son tour quand son fils deviendrait dresseur Pokémon. Red était en haut en train de jour à la NES, disant : « Je serai le meilleur quand ce sera mon tour ! »

Je commençais à aimer ce hack. C’était intéressant, une aventure complètement différente, un personnage différent, qui semblait avoir une histoire, une réputation, une histoire dans sa ville, une vraie personnalité au-delà d’un protagoniste silencieux. Les personnes dans la ville lui parlaient telle une vraie personne, et pas sur des conseils pour dresseurs débutants pourris. Même la sœur de Blue avait un nouveau dialogue, ils semblaient être en couple car la conversation se finissait sur un baiser et un cœur au-dessus de sa tête.

Le Professeur Chen m’a juste souhaité une bonne aventure, et m’a donné mon Pokédex pour m’aider dans ce but. Il ne me l’a pas donné pour le compléter comme dans chaque opus, il me l’a donné dans un acte de gentillesse,  pour m’aider, comme un cadeau. J’aimais ce hack de plus en plus à chaque seconde, il y avait vraiment un fond d’histoire maintenant ! J’étais quelqu’un, pas juste un protagoniste à l’emporte-pièce que tout le monde pouvait être, pas un papier blanc qu’on devait remplir.

L’histoire était différente, mais le game-play était le même. Je suis allé au nord comme je devais le faire, allant de ville en ville pour collecter les badges, recevant les louanges des champions. La renommée de Steven semblait se répandre, à tel point que les PNJ allaient lui parler pour le connaître. J’ai utilisé Miki pour chaque combat, et elle montait de niveau vraiment vite. Elle a battu Pierre aisément, même battu Ondine sans problème. Elle n’était pas affectée par les attaques super efficaces ou autres, elle faisait plus de dégâts qu’un Salamèche normal, elle était incroyable ! Elle est même devenue un Dracaufeu au niveau trente-cinq, pas mal du tout je dois dire.

Les choses commencèrent à devenir bizarres lorsque je suis arrivé à Lavandville. Je sais, je sais, Lavandville est le point culminant de chaque histoire bizarre, mais c’était le seul endroit vraiment différent. Il n’y avait pas d’invasion de la Team Rocket, ce que j’ai trouvé bizarre, mais je me suis rappelé qu’on était dans le passé, donc rien d’étonnant. J’ai essayé d’entrer dans la Tour Pokémon dans le but d’avoir un Fantominus, mais c’est le moment où ça commença à devenir bizarre.

Steven : Je n’ai pas de raison d’être ici…

Steven ne voulait pas entrer dans la tour, peu importe ce que je faisais. C’était bizarre, je veux dire il  y a des milliers d’endroits à Kanto où vous ne devriez pas entrer, les petites maisons avec rien d’autre que les enfants de PNJ par exemple.
Pourquoi Steven ne voulait pas entrer ?
Me raisonnant, je me suis dit que je n’avais pas besoin d’un Fantominus, comme Miki pouvait tout contrôler, donc j’ai continué ma route car Lavandville n’avait aucun autre intérêt que le centre Pokémon. Le jeu continua normalement, et au bout d’un moment j’ai fait mon chemin jusqu’au conseil 4 que j’ai battu.

Comme avec Blue, mon « frère » était là avant moi, commença le combat que Miki gagna sans problème. Les conséquences après le combat étaient plaisantes, aucune tension entre Steven et son frère comme avec Blue et Red. Les deux frères se sont félicités mutuellement sur leurs progrès et se sont serré la main avant que l’écran devienne blanc. Pas de Panthéon, pas de crédits. Quand l’écran revint, les deux frères étaient dans leur maison, assis devant l’ordinateur de leur chambre, en train de parler.

Steven : Je ne veux pas…
Mike : Allez, je vais juste l’emprunter un moment pour compléter mon Pokédex, l’entrée ne marchera que si le Pokédex me reconnait comme son Dresseur pendant quelques secondes.
Steven : Mais c’est ma Miki…
Mike : Je te promets que je la rendrai après. Allez, s’il te plaît ?
OUI/NON
J’étais un peu perplexe. J’ai tapé NON par précaution.
Mike : Allez, s’il te plaît ?
NON
Mike : Allez, s’il te plaît ?
J’ai réalisé  que c’était une boucle et que je pouvais seulement dire oui. Alors je l’ai fait, pour voir ce qui allait arriver.
Mike : Ok, ça prendra juste une seconde avant que nous soyons maîtres !
Steven : …

L’écran changea pour montrer l’animation de deux dresseurs en train d’échanger, ce que j’ai trouvé bizarre car j’étais seul, mais c’était supposé arriver. Miki s’en alla en premier, que j’ai regardé paresseusement en train de s’envoler dans le tube.
SNAP !
Ca m’a fait bondir, le bruit résonnant dans ma chambre silencieuse. Regardant l’écran, j’ai noté que le jeu semblait gelé, Miki était restée à mi-chemin dans le tube, mais le jeu ne faisait rien.
Avec un soupir, j’ai éteint le jeu, me demandant de quand ma dernière sauvegarde datait. Quand le jeu se ralluma, je regardai un moment l’écran titre, il n’y avait plus de Dracaufeu près du dresseur. J’ai pressé Start, réalisant que seule l’option Continuer était présente. C’était… étrange. J’ai sélectionné Continuer, le jeu commença sans montrer mes stats comme d’habitude. Ma mâchoire tomba quand j’ai vu ce qui m’accueillit.  
UN AN PLUS TARD

Le thème de Lavandville commença, l’écran faisant doucement un fondu depuis le noir. Steven était dans la Tour de Lavandville, ce qui rendait la musique encore plus pesante. Il était debout devant une tombe, ne faisant rien. J’ai pressé A.

Steven : …

Confus, j’ai essayé de marcher, réalisant que j’avais encore le contrôle à ce moment-là. J’ai appuyé sur Start et regardé mes stats. Miki n’était plus là. Pas seulement elle. Toutes les options avaient disparues. Le Pokédex était absent, le sac vide. Vraiment concerné à présent, j’ai regardé sa carte.
Il n’avait plus d’argent. Pas de badges. Son temps de jeu était de 8,795 heures, ce qui était impossible car j’avais joué seulement trente heures en tout. Mais ce n’était pas la partie la plus bizarre. Son image, l’image du beau jeune homme qu’il était, confiant et cool, n’était plus. Il était différent. Ses yeux étaient blancs, son expression triste, son sourire était parti, remplacé par une expression laconique. Ses longs cheveux, auparavant bien soignés, étaient maintenant sales et mal peignés. Je ne pouvais plus le regarder plus longtemps, j’ai fermé le menu et ai commencé à sortir de la tour. A chaque pas, le jeu tremblait comme si un Pokémon était empoisonné.

Je déglutis, et regardai à nouveau sa carte. Son image devenait encore pire. A chaque pas, sa tête pendait un peu plus, ses épaules s’effondraient, il se courbait toujours plus. Depuis le temps, j’étais sorti de la tour et il était sur les genoux, les mains sur la figure, ses cheveux drapés autour de lui. Je me disais que quelque chose allait se passer, mais rien. Ca commença à faire germer une idée dans ma tête. Je me suis toujours demandé pourquoi dans les jeux originaux il n’y avait pas de maître avant votre rival. Pourquoi vous, le protagoniste, devez battre votre rival, quand lui a juste attendu, sans précédent maître à vaincre.

Enfin ça m’a frappé. La réponse était évidente. Le précédent maître a abandonné. Sa précieuse Miki  était apparemment morte, et une partie de lui était morte aussi. Son Pokédex, les autres Pokémons, ses badges, sa renommée, il a tout laissé tomber. Cette année, l’année où il l’a perdu, l’année d’où toutes ses heures venaient, j’ai même fait le calcul, il y a 8765 heures dans une année, ajoutez à ça mes 30 heures de jeu.
Donc même si le jeu continuait, ce devait être une sorte de fin je crois, je veux dire, qu’y avait-il d’autre à faire ? Je n’avais pas de Pokédex, pas de Pokémon, rien. Qu’est-ce que j’étais supposé faire ? J’ai parlé à tout le monde dans la ville et ils disaient des choses similaires.

« Tu vas bien ? »
« Toujours en deuil je vois… »
« Ca va aller… »
« S’il te plaît… Y a-t-il une chose que l’on peut faire ? »

Steven n’a jamais répondu, et ils disaient les mêmes choses en boucle. Je ne pouvais pas éteindre le jeu maintenant, c’était trop bizarre. Curieux, j’ai marché dans les hautes herbes. Je n’avais pas de Pokémons, je me demandais comment le combat allait se dérouler.
Le RATTATTA sauvage s’enfuit loin de vous.
Le combat se termina sans rien d’autre. C’était certainement intéressant, et ça arrivait avec n’importe quel Pokémon rencontré.
Le ROUCOOL sauvage vous ignore.
Le PONYTA sauvage s’écarte.
La musique n’avait toujours pas changé. Peu importe où j’allais, la musique de Lavandville me suivait. Ma frustration était mixée avec l’atmosphère dépressive, faisant de tout ça une expérience à la fois innovante et inconfortable, mais je n’allais pas pleurer. Je commençais à devenir un peu énervé aussi, personne ne me disait rien à part leurs condoléances et essayaient de me donner des objets comme SODA COOL ou CAFÉ, ce à quoi Steven répondait :

Steven : …Non…

Je me suis frappé mentalement pour mon idiotie, réalisant soudain combien la réponse était claire et évidente, Bourg Palette bien sûr ! Quand je suis arrivé, après un long moment, car sans Pokémon volant ou Bicyclette j’étais obligé de marcher, de plus Steven semblait marcher deux fois plus lentement que normalement, rien n’avait changé. J’ai d’abord parlé au Professeur Chen.

« Ces choses arrivent… Tu n’as juste pas eu de chance. »

J’ai essayé avec la sœur de Blue.

« S’il te plaît… Ne pars plus de la maison à nouveau… »

La mère de Red ne voulait même pas me parler. Sans autre réponse ou endroit où aller, j’ai marché à l’est pour trouver ma maison. A l’intérieur, il y avait Mike mais lui parler était inutile.

Mike : Je suis tellement désolé…

J’ai réfléchi un moment pour savoir si c’était la fin, Steven semblait ne rien vouloir faire mais parcourir Kanto était inutile, car tout le monde semblait n’en vouloir qu’à son deuil. Je suis monté dans la chambre et ai marché jusqu’au lit.

Steven : Je vais dormir…

L’écran fit un fondu pour un moment, mais quand il revint, le monde semblait avoir une teinte noire et le sprite de Mike était étendu sur l’autre lit. Je supposais que c’était la nuit.

Steven : Je vais le faire…

Faire quoi ? Je n’en avais aucune idée, j’ai essayé d’inspecter toute la chambre, rien ne se passa. Bientôt, j’ai quitté la maison et un autre dialogue apparut.

Steven : IL peut la ramener… IL peut tout faire…

Mais c’était quoi ce IL ? Quelque chose qui pouvait faire n’importe quoi. Me demandant quoi faire, j’ai essayé de quitter le Bourg Palette.

Steven : Pas par là.

Il ne voulait pas aller plus loin. J’ai essayé les maisons.

Steven : Au diable ces maisons…

J’ai haussé un sourcil, oubliant pour un moment que ce n’était pas un vrai jeu Pokémon: la vulgarité m’avait troublé. J’ai continué à chercher une solution, mais il n’y avait rien à faire. J’ai accidentellement fait un pas sur l’océan, et Steven a continué à marcher dessus, le dessus de son sprite seulement était visible, comme les nageurs. Je ne savais pas qu’il savait nager.

Steven : Celui qui manque…

Celui qui manque ? J’ai fait une pause un moment, non, ça ne voulait pas dire… Bon, je n’avais pas essayé le bug de MissingNo sur cette cartouche, mais c’était ce que c’était. J’ai « surfé » sur la rive droite de Cramois’Île. J’ai commencé à me sentir mal. Silence. Le thème de Lavandville avait stoppé, il n’y avait aucun bruit, là où il n’y avait aucun Pokémon. J’ai continué de surfer de haut en bas sur la côte quand…

Un MISSINGNO sauvage apparaît !

Steven : A moi…

Le MISSINGNO sauvage est attrapé !

C’était quoi ? Steven n’a rien fait, juste commandé à cette atrocité issues de données corrompues de le rejoindre, non, de venir en sa possession, et il l’a eu. J’étais encore plus dérangé par tout ça, regardant le menu Start, et j’ai vu que MissingNo n’était pas avec moi en tant que Pokémon, mais en tant qu’objet, rendant les choses encore plus bizarres. J’ai regardé la carte de dresseur aussi. Steven était dos à moi, ses longs cheveux drapés derrière lui, les mains dans ses poches, rien d’autre.
Me rappelant ce qu’il avait dit cette nuit, j’ai réalisé ce que j’avais à faire… J’ai surfé jusqu’au nord et ai marché jusqu'à Lavandville. Le long du chemin, j’ai remarqué qu'aucun dresseur ne voulait regarder Steven, ils se détournaient tous lorsqu’il passait, même ceux qui normalement étaient statiques. J’ai essayé de parler à un des officiers qui gardaient les passages entre deux villes.

« Vas-y… »

Ils disaient tous la même chose, mais un me glaça le sang.

« Certaines fois, la mort est la meilleure chose. »

Mes mains étaient couvertes de sueur, Steven allait faire l’impossible, quelque chose qui passerait pour un crime contre-nature, et beaucoup de gens partageaient mon opinion. Je me suis raidi, c’était juste un jeu et j’allais le finir.
Ça a pris une éternité de monter la tour Pokémon, et j’essayais de me rappeler de la bonne tombe. Devant la vraie, j’ai pris une grande inspiration. En premier j’ai essayé de l’inspecter.

Steven : Miki…

Rien ne se passa. J’ai dégluti, ouvert le menu et ai sélectionné MissingNo dans le sac.

Chen : Steven, ne fait pas ça !

Je me suis rappelé quand le Professeur vous disait comme par magie de ne pas utiliser un objet clé quelque part, comme la Bicyclette dans un bâtiment, mais cette fois le message était différent, presque comme un avertissement.

Steven : Dans un monde qui a triché avec moi, pourquoi devrais-je être honnête ?

Steven utilise « Ça » !
……………………… ……………………… …………………….. ……………………..
Steven obtient M@#$ !

Mais qu’est-ce que j'ai obtenu, nom de Dieu ? Je ne peux pas vous le dire, car le jeu prit mon contrôle. Sans que je ne fasse rien, Steven quitta la tour de lui-même, marchant pas par pas. Le thème de Lavandville se joua après que j’aie quitté la tour et devint atrocement lent.

A chaque fois que je passais un endroit où la musique devait changer, la musique devenait encore plus lente et quand j’arrivais à Azuria, c’était un grognement démoniaque. Je regardais juste, essayant de deviner où j’allais, mais ça devenait évident. J’arrivais au Bourg Palette et la musique stoppa quand j’arrivai dans la maison de Steven, montant les escaliers.
A ce point, Steven était en train de marcher pas par pas, stoppant au lit de son frère, se tournant pour lui faire face. En premier, le jeu freeza et je pouvais rien faire, simplement rester là sans bouger. Mais je pouvais ouvrir le menu Start. J’ai choisi sa carte de dresseur. Il n’y avait qu’un grognement étouffé, comme un cri distordu. Steven me regardait à nouveau. Il était voûté, ses cheveux cachant ses yeux, ils étaient sauvages et décoiffés.

Entre ses mèches, on voyait qu’il n’avait plus de figure du tout, juste une ombre noire d’où sortaient deux yeux rouges, ce qui contrastait avec l’ombre. Ça n’allait pas du tout. Son nom était maintenant S !3v3n. Je ne pouvais pas détacher mes yeux de ceci, je commençais à voir trouble, je ne pouvais plus voir grand-chose et ma figure était humide. Je pleurais comme un bébé.
Il n’y avait rien que je puisse faire pour m’arrêter de pleurer. J’étais avec ce garçon du début, je l’avais fait monter à l’excellence, et il fut obligé de tout stopper à cause d’un accident tragique… et maintenant, il était ça. Cette abomination. Je l’ai regardé devenir fou. J’ai essuyé mes larmes, fermé la carte de dresseur et essayé de sauver le jeu. Le jeu m’informa que c’était impossible.

« Plus rien ne peut être sauvé maintenant. »

Le menu de pause ne voulait pas se fermer, je n’avais qu’une option, j’ai ouvert le sac, rien ne se passa. J’ai regardé mes Pokémons, il y en avait un. Un seul, qui avait 0 PV. Son statut, Mort, son nom M@#$. Je l’ai sélectionnée.

STATUT : « C’est elle... »
CHANGER : « Jamais… »
FERMER : « Non… »
ETRANGLER
Mes doigts tremblaient. J’ai sélectionné ETRANGLER, et le menu se ferma, montrant Steven dans la chambre à nouveau.
S !3v3n : Au revoir…
SNAP !

Le jeu s’éteignit de lui-même. J’étais plus éberlué qu’effrayé. Un peu choqué, j’ai rallumé, l’écran titre montrant S!3v3n le maniaque et un Dracaufeu horriblement glitché. J’ai appuyé sur Start, et choisi Continuer. Tout ce que j’ai vu était un zoom hors de Bourg Palette montrant la maison de Steven à l’ouest, entourée de hautes herbes et bloquée loin de la ville par des pierres immuables.
L’image était complètement statique, sans musique ni mouvement, avant de fondre au blanc, revenant à l’écran titre. J’ai vu un dresseur et un Dracaufeu. J’ai choisi continuer.
« …Non… »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cuaroc (Zanar)
Modérateur dévoué par excellence
Modérateur dévoué par excellence

Messages : 937
Ptit Étoile : 4219
Inscription : 31/03/2013
Age : 25

Sujet: Re: Les Creepypasta Pokémon   posté 19/11/13, 08:55 pm

Nouvelle Creepypasta, et de loin ma préférée ! :D



Pokémon Tarnished Gold

Etant quelqu'un qui n'est pas un pro de l'informatique comme quelqu'un de ma génération devait l'être, Je sais très peu de choses sur ce que les technologies actuelles sont capables. Malgré les mails, MSN, et le téléchargement occasionnel de choses impossibles à obtenir pour le moment, j'ai autant de connaissances qu'un gamin de 8 ans sur le monde électronique.

Par exemple, et c'est à propos de l'histoire que je vais raconter, j'ignorais totalement que quelqu'un pouvait hacker un jeu pokémon pour créer sa propre histoire pokémon, et encore moins qu'il était possible de faire une copie physique du jeu sur cartouche.

Cependant, j'ai fini par l'apprendre. Par la manière la plus glauque qui soit.

Quand j'étais petit, Pokémon Gold était mon premier jeu de la franchise. Je m'étais attaché à mes créatures, à mon perso (nommé avec mon nom) et j'ai souvent imaginé le genre d'aventures que nous pourrions avoir dans ce monde.

Mais ce n'est pas important, là.

L'important c'est le fait que je n'ai jamais vraiment abandonné mes rêves d'enfant, les souvenirs que j'avais de ce jeu sont trop précieux pour les oublier. J'avais toujours ma vieille cartouche de Gold avec sa sauvegarde, complète avec abus total du bug de clonage. Je refuse de détruire ma sauvegarde pour une nouvelle partie, j'avais peur de perdre la magie de mon enfance avec.

Je voulais jouer une toute nouvelle partie de la version que je préférais, mais les vieilles cartouches sont difficiles à trouver hors d'Internet de nos jours, la plupart des marchés aux puces ont des jeux GBA...et c'est rarement des jeux Pokémon.

Heureusement, ma grand-mère a toujours bien supporté mon amour pour Pokemon et m'achète souvent des jouets, cartes collectibles, VHS et autres qu'elle trouve durant ses visites au marché. Evidemment, peu de ces cadeaux étaient en bon état ; des objets oubliés dans un coin du sous-sol par leurs propriétaires grandis. Mais, étant des cadeaux d'un proche, je les chérissais comme s'ils valaient de l'or...sans jeu de mots.

Plus récemment, elle m'a ramené une boite avec une VHS contenant les premiers épisodes de la première saison de l'animé, quelques centaines de cartes usées, et une cartouche sans étiquette.

La cartouche était en plastique doré métallisé comme le jeu que j'attendais. Même si à la place de l'étiquette, un large 'X' rouge était écrit, je pouvais facilement deviner ce que c'était...Quel autre jeu Game Boy a cette couleur ? Vous imaginez mon excitation en ayant cette nouvelle copie ! - Je déteste commander en ligne, c'était un soulagement - Je la remerciai énormément, lui promettant de l'essayer une fois à la maison, ce que je fis.

Commencer fut difficile, pas à cause du jeu, mais parce que j'avais vendu ma GBA à mon petit frère il y a quelques années pour des cartes Pokémon...Et quand il a quelque chose, c'est difficile de lui reprendre. Les relations fraternelles sont ainsi, je suppose.

Après maintes négociations, j'ai enfin pu remettre la main sur la GBA et j'insérai rapidement la cartouche vandalisée. Je sentis des frissons d'excitation en voyant la vidéo d'introduction démarrer, ainsi qu'une vague de nostalgie, c'était bon de revenir à ce jeu.

Le jeu démarrai normalement, le dessin pixelisé de Ho-oh volant, dévoilant le titre du jeu avant de m'emmener à l'écran de sélection. L'ancien propriétaire avait laissé sa sauvegarde, mais cela m'importait peu. Vu comment le jeu avait été traité, ils devaient être très jeunes. J'aurais surement trouvé une équipe pleine de Pikachus avec des noms débiles.

Je commençai une nouvelle partie.

C'est là que je réalisai que quelque chose n'allai pas dans le jeu. L'intro normale qui présentait un professeur parlant du monde de Pokémon ne se montra pas. A la place, il y a eu ça:

Tout commença avec un écran noir, là tout va bien vu que Gold, Silver, et Crystal commencent ainsi. Mais au lieu de l'écran ‘Quelle heure est-il ?’ qui permet de paramétrer l'heure, il y a eu ça…

………..
……

Les Pokemon ne sont rien d'autre que des outils.
Utilise les, et débarrasse-t-en.
……..

L'écran fit un fondu, révélant une zone vide la nuit. Elle semblait familière ; je crois que c'est une route qu'on visite au début du jeu, mais comme ça faisait un bail que j'avais pas joué, je ne pouvais deviner plus.

Dans le silence de la scène, le sprite du rival – nommé Silver- arriva par la gauche; il avançait plus lentement que d'ordinaire, comme s'il hésitait. Une fois au milieu de l'écran, il s'arrêta, se retourna pour regarder derrière lui, et se retourna dans l'autre sens.

Durant un moment, il resta là à regarder le coté gauche de l'écran avant qu'une boite de texte apparut et dise “…”. Après ça, il regarda encore autour de lui, mais cette fois, il continuait jusqu'à sortir de l'écran.

La scène fondit pour montrer Silver à l'endroit où on le rencontre pour la première fois, a l’extérieur du labo du professeur. C'était clairement à un moment éloigné de l'histoire du jeu car le professeur et ses assistants quittaient le bâtiment et partaient dans différentes directions ; les assistants quittaient la ville, et le professeur Orme descendait plus loin hors de l'écran – me laissant deviner que sa maison est dans la ville. Le perso de Gold n'était nulle part.

Après la scène, ça resta sur Silver. Je pensais que le jeu avait planté au bout d'une minute, mais je réalisai au bout d'un moment que je pouvais le contrôler. Honnêtement, ça m'a un peu ravi, Silver était – et a toujours été - mon rival pokémon préféré, c'était une chose intéressante de pouvoir le jouer.

J'essayai de descendre plus bas pour explorer, mais ça me stoppait automatiquement quand je tentai de faire un pas hors de la zone du labo. Un message m'expliquait, “Je ne peux pas partir maintenant…”, et ça me faisait un pas en arrière. Je restai près de l'endroit où j'étais apparu et m'approchai de la fenêtre, elle fonctionna comme une porte et me laissa entrer dans le labo.

En plus de l'équipement habituel -livres, ordis, poubelles, tables, etc- le labo était vide; logique puisque les employés étaient partis. Sur la table, il y avait une pokéball, et comme je n'avais aucun pokémon, je l'ai prise.

Un message me dit ‘Vous avez obtenu un KAIMINUS’ mais pas de son comme celui qu'on entend quand on a un objet…apparemment, le vol était autorisé dans ce jeu. Après avoir appuyé sur ‘A’, il me proposa de nommer mon Pokémon, je choisis ‘oui’ car j'adore leur donner des noms perso. Alors que j'arrivai sur l'écran pour taper un nom, un autre message arriva, interrompant le processus :

“Ne le nomme pas ! Tu t'y attacherais.
Ne l'aime pas, utilise-le.”

C'était clairement la même ‘voix’ que celle du début du jeu…Je trouvais ça étrange…

Je revins au labo vide, et tenta de sortir par la porte, mais je fus stoppé par Silver disant, “Pas par là…” Il fit encore un pas en arrière, et mon seul choix fut de sortir par la fenêtre où j'étais entré.

Comme si les choses actuelles n'étaient pas assez bizarres, en quittant Nouvelle Ecorce et partant pour mon aventure, je remarquai que l'herbe haute ne déclenchait aucun combat. Normalement, je les évite quand j'ai bien avancé dans le jeu, mais durant le départ, j'aimais beaucoup augmenter les niveaux de mes pokémons…C'était assez frustrant de ne trouver personne pour combattre.

Après quelques minutes à faire les cent pas dans l'herbe haute, je suis finalement tombé sur un pokemon. Un Fouinette, rien d'extraordinaire, mais quand j'envoyai mon Kaiminus et choisi la seule attaque qu'il avait –Griffe -, le pokémon fuya. J'étais confus, les pokémon sauvages ne fuient jamais…du moins, pas si tôt dans le jeu. Après quelques essais, où rien de nouveau ne se passa, je continuai à Ville-Griotte.

Juste avant d'entrer en ville, je reconnus la petite zone où Silver apparait au début. En entrant, je tombai sur Gold, qui me défia en duel sans un mot.

Son pokémon, un Héricendre, était déjà à un niveau un poil plus élevé que moi (j'étais coincé au niveau 5, il en était au niveau 7) et, même si j'avais le type parfait pour avoir l'avantage, il me mit une raclée. Avant le retour sur l'écran principal, le sprite de Gold apparut après le Héricendre…il semblait déçu.

Après avoir visité le centre Pokémon de Ville-Griotte – Je ne l'avais jamais utilisé en premier, mais c'était la seule option que j'avais-, je revins à l'endroit où Gold se trouvait pour me rendre compte qu'il était parti et que je ne pouvais pas le re-défier.

Le jeu commençait à être ennuyeux maintenant,Pas de pognon, ni d'objets, ni de pokédex, et impossible de combattre des pokémons sauvages. Heureusement, Une fois avoir rejoint la route 30, il y eut d'autres dresseurs pokémon que je pus vaincre sans trop de problèmes…bien qu'aucun d'entre eux ne voulaient me parler après mes victoires.

En entrant à Violet City, mon pokémon avait un niveau encore trop faible pour s'attaquer au champion d'arène. Mais avec le pognon gagné avec les autres dresseurs, J'ai pu acheter des potions, alors je me sentis confiant.

Les dresseurs de l'arène étaient assez faciles, Je n'ai utilisé que deux de mes potions et j'ai grimpé d'un niveau. Mais quand je passai au champion, il m'a taulé et j'ai perdu. Avec sa victoire, il fit la même chose que Gold…il sembla déçu.

Après la bataille, pas de fondu au blanc, à la place j'ai eu droit à toute une leçon sur comment bien traiter un pokémon. Une fois fini, Il me posa une question à choix avec un simple mot : ‘Voler ?’

Je choisis la seule option possible, ‘Oui’.

Silver fit un pas en arrière et fonça sur le champion, le faisant tomber en arrière. Un message me dit que j'avais obtenu le badge, la CT31, et 500 poké$.

Après ça, je partis.

C'est comme ça que le jeu continua, alors que je pouvais vaincre certains dresseurs, je perdais constamment face aux champions et j'étais forcé de leur voler leurs badges. L'option 'voler' marchait aussi sur les gens qui donnent normalement des objets et c'est comme ça que j'ai eu des objets clés comme le vélo et tout ça…Ils refusaient de me donner quoi que ce soit autrement.

Tous ceux à qui je parlais une fois ne me reparlaient plus, me saluant juste d'un “…” ou me faisant une leçon sur comment traiter les pokémons…ça commençait à faire pareil avec l'infirmière Joelle aussi. En arrivant à Doublonville, à chaque fois que je partais, elle me grondait.

Les Pokémon continuaient à m'éviter aussi, si je voulais améliorer mon équipe il fallait espérer que mes pokéballs marcheraient du premier coup. Le plus étranges avec ces batailles est que, même si je les bloquais avec Regard Noir, le pokémon tombait KO. Littéralement. Après mon premier Regard Noir – Si je commençais le tour, des fois le pokémon était plus rapide -, avant de pouvoir en choisir une autre, le pokémon tombait KO tout seul.

le message disait, “-POKEMON- s'est mis KO tout seul !” et la bataille se finissait.

La seule chose qui se passait normalement c'était les batailles avec la Team Rocket. Je gagnais toujours face à eux et ils me traitaient comme un gamin en travers de leur chemin.

Le reste du jeu n'est pas important jusqu'à un certain moment. Mis à part les victoires, défaites, et vols, tout était plus ou moins normal. Alors que mon pokémon maturait très lentement à cause des défaites fréquentes, ils commençaient à m'aimer un peu en leur donnant des coups de cheveux ou des objets qui les boostaient. La dernière fois que j'ai regardé, la personne qui évalue le bonheur d'un pokémon – une des rares personnes à me parler normalement - a dit “C'est plutôt mignon.”
Je sais que vous vous dites que ce n'est rien, que c'est simplement un hack qui raconte l'histoire vue par Silver…Enfin, je le pense et l'ai vu, mais ce n'est pas fini encore.

Une fois arrivé à Kanto - en continuant la série victoire-défaite-vols -, J'arrivai à Jadielle. A la seconde où je fis un pas dans la ville, la musique s'arrêta. J'ai pensé à un simple bug dans la programmation. Mais en restant là un moment, un son faible se fit entendre et partit.

J'étais maintenant sur que la musique était buggée, comme si elle essayait de se jouer, mais ne pouvait pas. Mais en revenant sur mes pas hors de la ville, la musique reprenait sans problème…Il n'y avait que Jadielle de silencieux.

J'étais curieux, alors j'entrai dans la ville silencieuse pour explorer. Il n'y avait personne…Personne dehors, ni dans les maisons, ni même dans le magasin et le centre pokémon. La ville était déserte…juste le silence et ce faible bruit non-identifié.

En allant dans l'arène du champion, le son augmenta de volume progressivement. Je compris que le son provenait de l'intérieur, alors je suis entré. Il n'y avait personne, toujours, mais je m'y attendais, l'arène est vide la plupart du temps, sauf vers la fin du jeu.

Le son ne se jouait plus, c'était toujours le silence.

J'avançai vers l'endroit où se trouve le champion en temps normal, et dans le mur de briques – je fais ça parfois, j'aime bien le bruit - j'étais transporté dans une autre salle…Le mur cachait des escaliers.
L'endroit était aussi silencieux…mais le bruit recommença. Il était à un volume vraiment plus fort, très aigus et jouant au hasard…ça ressemblait à des cris.

A ce moment, vous l'imaginez, mon coeur battait…Je ne prend pas très bien les cris – ou les sons qui y ressemblent - à cause de mon expérience avec une maison hantée très graphique quand j'avais 3 ans…mais je divague.

Sans prendre garde à mon coeur et mes mains qui tremblaient, J'explorai la salle…qui était teintée de rouge comme dans Pokémon Rouge. La salle suivait un zigzag latéral et les 'cris' venaient au hasard, certains courts, d'autres longs…On aurait dit que quelqu'un était torturé.

En continuant dans les couloirs zigzagués, je passai devant des images dérangeantes ; des sprites de NPC décapités, des têtes sans corps aussi. Quand j'essayai d'examiner les corps, Silver disait “Ne pas regarder…”

Les corps et les têtes devenaient de plus en plus nombreux au fur et à mesure que j'avançais, ne me laissant qu'un petit chemin pour pouvoir avancer sans être bloqué…et les hurlements devenaient de plus en plus fréquents.

L'écran commençait à sauter à chaque pas, comme si un de mes pokémons était empoisonné…mais aucun d'eux ne l'était. Au cas où, je jetai un oeil sur mon équipe. Aucun n'était empoisonné, mais leur santé baissait toute seule. Je tentai de les soigner avec une super potion.

Un message me dit “Cela ne fera aucun effet.”

Maintenant je commençais à me sentir mal, Je savais que ce n'était pas supposé arriver. Malgré ça, je continuai, espérant que s'ils tombent tous KO, je serai de retour au centre pokémon et que tout redeviendrait normal.

…C'était si stupide de ma part d'avoir pensé ça…

Je continuai dans ce chemin glauque, l'écran sautant toujours. Finalement, Silver s'arrêta et le message disant "Tous vos pokémons sont KO" allait apparaitre…mais il n'a pas dit ça…

Il a dit ‘TOUS MORTS’.

A présent, j'étais à deux doigts de pleurer, mais il fallait que je voie la fin de cette expérience déprimante…Si je ne le fais pas maintenant, je serais tenté de réessayer un jour…

Finalement j'arrivai à la salle centrale, qui était teinté d'un rouge profond…j'imagine que c'était pour simuler le fait que la salle était pleine de sang, cependant il y avait peu de corps. Au centre, quelques formes vivantes, un homme, un pokémon, Gold, et un autre pokémon qui était apparemment un Typhlosion.

Le Typhlosion de Gold attaquait le pokémon de l'homme, mais il n'avait pas l'avantage, son sprite vira au rouge, puis au gris, puis disparut…le pokémon de l'homme l'a tué.

Le sprite de Silver fit un pas en avant tout seul et l'homme remarqua sa présence.

"GIOVANNI: Ah, fiston, tu es arrivé. Tu es venu voir la défaite de ton rival, n'est-ce pas ?"

Cela fit tourner Gold pour me regarder ; il dit simplement “…”

Silver continua de bouger tout seul ; il s'approcha de l'homme et fonça sur lui pour le faire tomber…Ce qui enragea Giovanni évidemment.

"GIOVANNI: Tu veux l'aider ? HA ! Tu es devenu aussi faible que les autres ! Si sa vie vaut mieux que la tienne…peut-être devrais-je te montrer qu'il n'y a pas de sens à l'attachement ! MEWTWO, occupe-toi d'eux !"

Mewtwo obéit à son créateur et s'approcha de Gold. Je ne suis pas certain de ce qu'il a fait exactement, mais il frappa Gold, lui arrachant un cri encore plus fort qu'avant alors que le sprite du rival de Silver perd sa tête et fondit au rouge et au gris.

"GIOVANNI: Je te l'ai déjà dit, Silver, les Pokémons ne sont que des outils ! Les gens aussi. Utilise-les et jette-les une fois qu'ils t'ont servi. MEWTWO, tue le !"

Le Mewtwo refusa d'obéir cette fois ; Les mots de Giovanni ont du l'énerver. Il se tourna vers lui et lui parla.

"MEWTWO: …Tu n'es plus d'aucune utilité…"

Il frappa Giovanni comme pour Gold et Typhlosion, mais le hurlement de Giovanni était bien plus long que tous ceux que j'ai entendu dans le jeu…Mewtwo le torturait.

Finalement, le cri fondit en silence et le sprite de Giovanni fit comme celui de Gold…laissant Silver et Mewtwo vivants dans la salle. Alors que Mewtwo me fit face, je savais que je n'avais aucune chance.

"MEWTWO: …Pas utile…"

Il me frappa, démarrant un combat que je ne pouvais pas faire. Mon sprite était à la place de celui de mes pokémons, mes HP était pleins, mais je savais que ça ne changerait rien. Je choisis de fuir, mais je ne pouvais pas…Je choisis attaquer, mais il n'y avait rien à faire…Je ne pouvais que rester là à laisser Mewtwo utiliser Psyko sur l'image sans défense de Silver.

Même avec le volume reglé à un niveau bas, le ‘hurlement’ venant de Silver était dérangeablement fort. Alors que l'écran principal revint, le cri continua jusqu'à ce que le sprite de Silver passe du rouge au gris – ce qui, je le pense, symbolise la froideur de la mort -…Silver, avec Gold et tous ceux qui ont eu l'infortune de visiter cet endroit caché de Jadielle, étaient morts.

L4écran fondit au noir, laissant visible le sprite de Mewtwo, au centre de l'écran. Mon instinct parano m'a immédiatement fait penser que j'étais le prochain, mais le mot ‘FIN’ apparut en fondu sous lui et l'écran coupa au noir, me ramenant à l'écran titre.

Je ne sais pas pourquoi ça a été fait, pourquoi quelqu'un a vendu sur cartouche un hack pareil, et pourquoi je suis tombé dessus…Mais je vous assure que, de tous les jeux que j'ai trouvé au hasard…même si c'est neuf, je n'y toucherai plus jamais.

Le jeu que je vous ai décrit, je ne le possède plus…Je ne sais plus où il est, mais j'espère profondément qu'il est en train de pourrir quelque part dans une décharge...


Revenir en haut Aller en bas

Les Creepypasta Pokémon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Peace is Paradise :: Jeux vidéos :: Discussions sur les jeux vidéos-